.Inventaire Archives – L'atelier du verre Mousseline

Tarif de vitrages anciens Lille 1895

Tarif de vitrages anciens

Bien qu’en très mauvais état, ce tarif de vitrages anciens nous renseigne sur les différents types, conditionnements et prix des verres à vitres courants commercialisés en 1895.

 

 

A/ Tarif de vitrages anciens.

Gravure sur verre Leleu Fils

Tout d’abord ce tarif de vitrages anciens a été édité par l’atelier de gravure sur verre, vitraux et vitrerie Leleu installée en 1880 au 157 boulevard de la Liberté à LILLE. L’atelier de gravure sur verre à l’acide LELEU-FILS a été installé en 1884 au 19 Rue sans pavé aussi à LILLE. Cette entreprise était également un dépôt des verreries DELILLE et Cie D’ANICHE au 114 Boulevard de la liberté toujours à LILLE en 1887.

 

D’après un entête d’un document de 1887 cette entreprise commercialisait des :

Verres à vitres, Mousseline, cannelés, Dépolis, bombés… Mais aussi des verres de Couleurs, Unis coulés, givrés. Des rosaces, des cives des cabochons et bien d’autres produits verriers de l’époque.

 

 

B/ Tableau de Verre simple.

Le Verre dit « simple » est d’environ 1 Millimètre d’épaisseur. Le terme « Fausses mesures » peut désigner des mesures soit non contrôlées soit non normalisées. De plus la signification exacte des colonnes de nombres est pour le moment indéfinie.

 

 

C/ Des Conditionnements curieux.

Ces deux tableaux présentent ensuite, un ensemble de conditionnement de vitrages anciens vendus en caisses correspondant très probablement à des dimensions normalisées locales* de l’époque.

Ligne du haut : 3ème Choix, 3ème Choix ½ Double (environ 1.5 M/M d’épaisseur), 3ème Choix 3M/M ou verre triple (environ 3 M/M d’épaisseur)

A noter que les prix sont en Francs et vont de 1,50 à 10 Francs suivant dimensions et épaisseurs. Le tarif est à la feuille de verre.

 

Les Mesures:

DOUAISIENNES (Douai), GRANDES LILLOISES, VALENCIENNES, LILLOISES FORCEES, FLAMANDES, BOULONNAISES (Sans doute Boulogne sur Mer), CALAISIENNES (Calais), LYONNAISES, ALSACIENNES, DUNKERQUOISE, PICARDES, DOUBLES MANCHONS** (Grande longueurs et largeurs), ROUBAISIENNES (Roubaix), DOUBLES MANCHONS** LILLOIS, WALLONNES, LORRAINES, DOUBLES MANCHONS** LILLOISES FORCEES, TOURQUENNAISES (Tourcoing), ARTESIENNES, MAXIMUS (Très grandes dimensions 1590 x 1110 M/M…).

EXTRA : Mesures Belges. 6 Francs le mètre carré.

*NDL : L’origine de cette pratique reste à découvrir…

** Le terme « Manchon » désigne une taille de cylindre de verre soufflé Bouche qui une fois coupé et étendu devenait du verre à vitre plat.

 

 

D/ Les verres décoratifs

Ensuite vient Les tarifs des vitrages anciens en Mesures courantes Cannelés et Mousselines.

On les trouve en MESURES COURANTES ET MESURES LILLOISES. Les prix variaient entre 0.85 et 2.30 Francs suivant les épaisseurs, Simple (1M/M) ½ Double (1.5 M/M) et Double (2 M/M)

Plusieurs Choix et dénominations sont Lisibles.

3ème et 4ème Choix,

– Verre dépoli,

Verre Cannelé

Mousseline

Bandes Mousselines

Mousseline Mat

Mousseline Tulle

 

En dessous divers accessoires sont à la vente, étain et plomb pour le vitrail, pointes de vitriers, Cloche à boutons…

 

 

D/ AUTRES vitrages industriels

Dans cette partie du tarif ce sont d’autres vitrages anciens industriels qui sont proposés. Les épaisseurs sont de 1.5 et 2 M/M environ.

De Haut en Bas :

  • PANNES ordinaires en verre (Sorte de tuile transparente) au prix de 0.35 ou 0.45 Francs Pièce.
  • DALLES en Verre coulée vendue 0.40 Francs le kilo.
  • VERRES Cavé et losangé. A 4.10 Francs le Mètre carré.
  • VERRES imprimés à 7.50 Francs /M2
  • Perforés (Vitrages anciens inconnu) à 15 Francs /M2
  • VERRES imprimés en couleur à 10 Francs Le Mètre Carré.

NDL : Il est important de noter que les vitrages imprimés de cette époque étaient vendus bien plus cher que les verres à vitres mousselines.

 

 

E/ Les verres de Couleurs

  • Vert, Rouge, Bleu, Jaune, Violet de 2,50 à 3 Francs La feuille.
  • Coulé Blanc ou teinté (Verres plus épais Clair ou couleurs) 5 à 6 Francs le Mètre carré.
  • Rouge Granuleux à 9 Francs le Mètre carré.

 

 

F/ Les Rosaces.

Les rosaces sont des petits carreaux se logeant dans des angles ajourés de portes anciennes vitrées. Il y en avait aussi de plusieurs sortes. Les dimensions de ventes vont de 120 x 120 M/M à 240 x 250 M/M

Les prix variaient de 0.20 à 2 Francs pièces suivant la dimension et le type :

 

 

G/ Glaces Etamées

Il s’agit surtout d’argenture à Façon ou de miroir au détail.  En fait Le Terme Glace Etamée désigne une argenture à base d’étain et de nitrate d’argent. Néanmoins l’argenture Etain / Mercure était déjà officiellement interdite depuis 1850. Mais cette pratique a quand même perduré très longtemps dans les ateliers de Miroiteries.

En dessous des Tablettes en glace argentée et des plaques de propretés (Petit verre biseauté et percés pour les poignées de portes et signalétique) sont proposées à la vente.

Sources :  Tarifs de vitrages anciens LELEU & Fils Décembre 1895. Document téléchargeable ici sous réserve de citation de la source Merci.

Autres sources : Centre de Mémoire de la verrerie d’en Haut à Aniche.


Verre perforé et aération

Verre perforé

Le verre perforé fait partie des verres spéciaux imprimés par St-Gobain vers 1933. Voici sa description et son utilisation.

Tout d’abord ce vitrage percé de milliers de petits trous était employés dans les Hôpitaux, Hospices, Casernes, Ecoles, Ateliers, Cuisines, Garde-Manger, WC, etc…

Ensuite le verre perforé était vendu en carreaux découpés sur mesures, prêt à être posés. Ses dimensions maximales atteignent 2010 x 1080 M/M environ en verre d’épaisseur 5 M/M environ.

Enfin, placé à la partie supérieure de la devanture d’un magasin, il atténuait sensiblement la condensation. Sa présentation sous forme de verre imprimé-diamanté le rendait aussi très décoratif.

Verre perforé et salubrité (1933)

L’air frais devait rentrer constamment dans les pièces habitées, à la condition que cela soit d’une manière insensible. Par conséquent les fenêtres pouvaient être vitrée à l’aide de verre perforé. Ces vitrages destinés à introduire l’air extérieur, étaient percés de 2000 trous au Mètre carré. Les trous étaient évasés à l’intérieur afin de répandre les veines fluides à leur entrée dans la pièce. Les verres perforés étaient translucides et non transparents afin de préserver l’intimité.

 

Pose du verre perforé.

Les vitrages perforés n’étaient jamais placés à moins de 2500 M/M de hauteur au-dessus du sol de la pièce à ventiler. Cela pouvait être réduit pour les cas ou une aération était absolument nécessaire comme les cuisines ou les WC. A noter que les trous devaient être obligatoirement orienté du coté évasé à l’intérieur de la pièce à aérer. Lors de la pose d’un verre perforé, les coins inférieurs du vitrage devaient être coupé en biais et une réservation devait être faite dans le mastic ou la pare-close de fixation aux deux extrémités, afin de faciliter l’écoulement de l’eau de pluie. (NDL : ????)

 

En conclusion ce vitrage très spécial aérai avec efficacité et d’une manière insensible.

 

Sources :  Album des verres coulé ST-Gobain Aniche le Boussois. Avril 1933  Archives collectées par C. Fournié – Artisan verrier.