. Glaceries et Verreries Archives – Page 2 sur 3 – L'atelier du verre Mousseline

Verriers a Penchot : Bâtiments et plans

Attribution des Batîments verriers.

 

  1.  Les Logements Ouvriers, verriers et Gardiens
  2. Logements de la direction et Bureaux
  3. Les Ateliers: Forge + réparation + Central Electrique
  4. Les Magasins Etage + Sous Sols
  5. La Salle des Arches (Alimentation du four a Bassin)
  6. Salle des compositions (Mélanges des matières premières)
  7. Stockage des Matières Premières
  8. Logements ouvriers et verriers
  9. La Menuiserie
  10. Hall Emballages Expédition (arrière du Bâtiment)
  11. Rampe accès Emballage
  12. Stockage Charbon (Arrière du Bâtiment)
  13. Vestiaires et réfectoire
  14. Caisserie et dépôt des caisses
  15. Four et atelier verrier de soufflage du verre a vitre
  16. Gazogènes + Chaudières
  17. La Poterie
  18. Les écuries
  19. Entrée Est voie de Chemin de fer

 

 

Verrerie Lapeyre - Penchot 1925

Les Aménagements Etirage Fourcault en 1925

En 1925 la verrerie de Penchot subit des travaux d’aménagements conséquents dues à la mise en place d’un nouveau moyen de production de pointe à l’époque :  L’étirage vertical Fourcault.  Ce Procédé de fabrication d’étirage vertical du verre nécessite la mise en place de puits verticaux de grande hauteur au dessus du four a bassin. La physionomie des bâtiments verriers de l’usine change et une surélévation est construite sur le corps principal de la verrerie. Un Château d’eau remplace également l’ancienne briqueterie.

A noter: Au premier plan l’atout de la verrerie de Penchot avec ses logements pour les ouvriers et verriers  juste à coté de leurs lieux de travail. Ces constructions existent toujours et leurs alignements caractéristiques près des vestiges de l’usine sont toujours visibles aujourd’hui au Bord du Lot.

 

 

Plan des batîments verriers de Penchot

Pour voir le plan en détail: Clic droit – ouvrir dans un nouvel onglet.

 

Plan de la verrerie de Penchot en 1937.

Le plan de la verrerie présenté ici a été reconstitué à partir des archives du Groupe Saint-Gobain situé à Blois. Il date de 1937 et permet de situer correctement les différentes parties des bâtiments et leurs attributions.

A noter: Les 3 emplacements des Machines Fourcault (La forme de croix sur la droite du plan près des Gazogènes)

 

Source: Archives ST-Gobain à Blois Septembre 2013.

Autre sources: Association ASPIBD Decazeville.

Traitement images et copyright: C.Fournié  Juin 2015 / verrerie-mousseline.org

Utilsation commerciale strictement interdite.

 

 

Téléchargements

Télécharger le plan de la verrerie.

Télécharger le plan des batîments.

Verrerie de Penchot les dates

  • 1826  La révolution industrielle amène la Fondation des Houillères et Fonderies d’Aveyron par le duc  Decazes et le polytechnicien Cabrol.
  • 1841 Constitution de la société «La compagnie des verreries à vitres de Penchot-sur-Lot». Jean Baptiste Rouiller en est nommé directeur.  Cette même société sera liquidée dès 1842, il est à noter que jusqu’en 1897 la verrerie
    aurait appartenue successivement  à 6 sociétés différentes.
  • 1850  Achat de la concession minière de Négrins (taille: it140 Ha) pour assurer l’indépendance énérgétique de la verrerie.
  • 1860 Construction d’une voie ferré dite «Américaine» a largeur de voie réduite reliant l’usine à la gare de Boisse-Penchot. 4 chevaux de tractions des wagons en assureront le fonctionnement. Elle sera précédée par un aménagement des bords du Lot en 1857 pour améliorer le déchargement des matières premières.
  • 1861 Les verriers de Penchot érige une croix à l’entrée du village.
  • 1867  La verrerie cesse de fabriquer des bouteilles pour ne se consacrer qu’à la fabrication de verres à vitres. (Technique du Manchon soufflé) avec une moyenne de 120 000 manchons par mois!
  • 1897 La verrerie est rachetée par Joseph Lapeyre, maître de verrerie venue de Givors avec ses ouvriers. Il a probablement introduit la fabrication du verre Mousseline.
  • 1924- 25  Modernisation de l’usine avec l’arrivé des machines Fourcault à étirage mécanique, il y en aura au moins 3.
  • 1925 Fondations de la société anonyme des verreries Joseph Lapeyre au capital de 8.625.000 Francs divisé en 17 250 Actions de 500 Francs chacune.
  • 1930  13 Décembre, cette même société est déclaré en faillite.
  • 1932  En Mai Joseph Lapeyre reprend l’exploitation et la production. Campagne d’environ 550 000 M2 par an...
  • 1937  1er avril, après de longues tractations la société Saint-Gobain achète la verrerie et constitue la Société anonyme des anciens établissements Joseph Lapeyre qui l’exploite par bail à Saint-Gobain.
  • 1941  1er Octobre Mr Joseph Lapeyre Chevalier de la légion d’honneur cesse toutes activités et se retire à l’Hôtel du Louvres à Paris il décèdera la même année.
  • 1946 Saint-Gobain réalise une étude de reprise de la production, et réalise des travaux de modernisation électrique au niveau des fours.
  • 1951-52 Dernière campagne de fabrication de la verrerie qui se solde par 13 mois de productions pour une quantité de 2 087 151 M2
  • 1952  La voie ferré est démontée.
  • 1953-54  l’usine est fermée puis démantelée.

 

(Pour agrandir touches [Ctrl +] ou [Cmd +]  sur tous les navigateurs)

Source: Archives ST-Gobain à Blois Septembre 2013. (Avec Mes remerciements)

Traitement images et copyright: C.Fournié  Juin 2015 / verrerie-mousseline.org

Utilisation commerciale strictement interdite.

 

 

Tarif original J Lapeyre 1898

Catalogue de 20 motifs et tarif original  J Lapeyre 1898. Il provient de la verrerie de Boisse-Penchot près de Decazeville en Aveyron (France) . On peut retrouver certains motifs* un peu partout dans le Nord de l’Europe. Ils ne semblent donc pas spécifiques à cette verrerie.

 

*Au sujet des dimensions des motifs

Les motifs du catalogue ne sont pas tous à tailles réelles de  plus ils sont souvent incomplets. Au fil du temps et de la récupération de verres mousselines originaux, les dessins de ce catalogue ont été numérisés, puis reconstruit à leurs tailles d’origine.

 

Sur leurs origines.

Pour l’origine de ces motifs et de leurs auteurs, elle reste inconnue pour le moment. Pour ce qui est des moyens mécaniques de productions industriels ils semblent apparaître vers 1870 à Paris.  Les premières traces écrites concernant  ce type de vitrage datent de 1836 par la verrerie de Choisy le Roy. En fait une grande partie, voir même la quasi totalité de cette collection semble plutôt provenir des productions de l’Atelier du maître peintre verrier Louis Napoléon Gugnon à Paris entre 1870 et 1876. A noter les types de mesures, Nord, Lilloises ou Midi que l’on retrouve aussi sur le tarif de l’atelier de gravure sur verre Leleu et Fils en 1895.

 

Tarif original J Lapeyre 1898 – 1925

Tarif des Verres Mousselines 1910 Prix à la feuille
Unité de vente Dessin Transparent Dessin Mat Tulle
Feuille en mesure Nord*  2 ,10 F 2,65 F 3,05 F
Verre mousseline transparent Verre mousseline mat Verre mousseline tulle

 

 

tarif original J Lapeyre

Le tarif original J Lapeyre 1910

 

A noter : Le Verre cannelé

Il faut noter que sur la page de ce tarif original J Lapeyre de 1910, on trouve également un verre à vitre dit ‘verre cannelé’.  En fait il s’agit d’un vitrage présentant des cannelures à sa surface, brouillant ainsi la vue par ses ondulations. Pour ce qui concerne l’ondulation du vitrage, elle était fabriquée grâce à un moule.  Les parois intérieures de ce moule était façonnées en cannelures. Tout d’abord Le souffleur de verre y introduisait son manchon en fusion. Ensuite en le soufflant le manchon épousait les cannelures du moule. Enfin La suite se faisait comme pour le soufflage du verre à vitre à savoir : Une découpe des extrémités du manchon pour obtenir un cylindre qui ainsi était refendu puis étalé dans un four de recuisson.

Pour en savoir plus sur le soufflage de verre à vitre consultez la page suivante: La croix des verriers

 

Sources: BNF/Gallica “Les Merveilles de l’Industrie…”

Sources  Photos  et documents : Christian Fournié/ collection personnelle