.verre dépoli Archives – L'atelier du verre Mousseline

Verres artistiques Art déco (Mise à jour)

En 1933 Saint-Gobain proposait des verres artistiques extra clair imprimés parce qu’il fallait déjà à l’époque s’inspirer des tendances de styles plus moderne comme l’ Art déco.

 

Pour mémoire voici ce qu’en disait leur plaquette publicitaire de l’époque (Texte presque littéral, librement adapté au passé)

Les Verres artistiques

Tout d’abord les Verres artistiques avaient des dessins directement  inspirés par les tendances modernes du moment (L’art-déco). Ensuite Ils permettaient la réalisation de vitrages s’harmonisant particulièrement avec un ensemble décoratif de haute tenue pour l’époque.

 

Des Vitrages Art déco

Il y a lieu peut-être d’attirer spécialement l’attention sur les verres extra clair. Les modèles Art déco (Arts Décoratifs) et Rénovum étaient utilisés sous forme de bandeaux. Au besoin dans la décoration des devantures ils pouvaient même remplacer la glace gravée au jet de sable, parce que son prix dans certains cas, pouvait-être un obstacle à son application.

(NDL: Il faut savoir que c’est dans la période Art-déco que le décor du verre par sablage connu un âge d’or puisque beaucoup de miroiteries le proposait à des niveaux plus ou moins artistiques. On peut notamment citer l’atelier verrier Gerrer à Mulhouse)

En plus d’être dépolis au sable, certaines parties restaient Claires, ces verres pouvaient aussi être posés dans des feuillures légères, prévues derrière la ou les glaces de devanture : Ainsi, (semble t-il) l’effet obtenu était remarquable et convenait tout à fait dans les installations moyennes.

 

Des teintes extra clair et en couleur.

Pour Les modèles Rénovum et Art déco ils étaient uniquement coulés dans la teinte extra clair. Alors que les verres Grand Flamand, Brillant, Grand Brillant, étaient fournis en extra-clair ou dans les teintes suivantes : jaune, rose, bleue, verte et même rouge, feu et orange.

Ces vitres extra clairs de à 4 à 6 M/M d’épaisseur et de dimensions maxima de 3600 x 1050 M/M étaient fournis dans les types de dessins suivants:

LES MODÈLES Art déco

Ces vitres extra clairs de à 4 à 6 M/M d’épaisseur et de dimensions maxima de 3600 x 1050 M/M étaient fournis dans les types de dessins suivants:

Verres artistiques ancien art déco

Modèle imprimé Art déco

verre imprime extra clair

Verre Grand Flamand

Verre art déco

Verre modèle Rénovum 1

Verre extra clair grand brillant

Imprimé Grand Brillant

Verre renovum art deco

Vitre imprimée Rénovum 2

Verre modele Brillant

Verre imprimé Brillant

Verre sable art deco

Vitrage imprimé N°101

Verre imprimé a facette

Vitrage imprimé Brillant

A propos du Modèle N-101

Ces photos de verres artistiques Art Déco Originaux Modèle 101 proviennent de sources différentes dans la région Puy de Dôme. D’abord des vitrages en fenêtres, ensuite des vitrages en porte d’un meuble Art déco restauré par Nadine BONNARDET Artisan d’art diplômée en peinture sur mobilier:  https://www.couleursdavant.com/.

vitrage art deco 1933

modele de vitre art deco

mobilier art déco en bois

vitre saint gobain art deco

Les Verres Opalescents

Les vitrages opalescents, étaient aussi assimilés aux verres artistiques, et étaient exécutés dans le dessin Grand Océanic. (Voir ci dessous). En plus d’un fond de teinte opale, tamisant la lumière, il présentaient même placés devant une source lumineuse assez vive, les reflets de nacre du plus heureux effet.

Ces verres de 4 à 5 M/M d’épaisseur et dont les dimensions maxima de fabrication sont 2010 x 1050 M/M se fabriquaient dans les teintes blanche, beige et bleutée.

Le poids moyen approximative de ces vitrages étaient de 11,5 Kg par mètres carrés.

Vitrage Opalescent modele oceanic 1933

Grand Océanic

vitre modele oceanic

Modèle Océanic Bleu

verre coule oceanic

Vitrage Océanic Beige

verres imprimés couleur

Océanic Bleu et Beige

En conclusion. Les modèles de verres artistiques extra-clair et de couleur, ainsi que les verres opalescents étaient fabriqués sur le site de la verrerie de “La Longueville” dans le nord de la France. Des verres opalescents semble être toujours fabriqués à l’étranger.

Par contre pour ce qui est du verre artistique imprimé extra clair Art déco, ils semblent avoir disparu en 1939.

 

SOURCES ET REMERCIEMENTS

Tout d’abord , mes remerciements aux Archives ST-Gobain à Blois ainsi qu’à Mr René DIVERCHY  Site web: la retro-d-aniche.com

Ensuite les autres sources : Album des verres coulés par le comptoir général de vente des manufactures de glaces Saint-Gobain.  – Chantereine – Cirey – Montluçon – Aniche. – Boussois – La Longueville – Chalon sur Saône.  15 Avril 1933.

Merci également à Mr G et à Nadine BONNARDET https://www.couleursdavant.com/ Pour leurs aimables contributions photographiques.

Reproductions de verres anciens & 2 motifs

Au cours de ces derniers mois un certain nombre de nouvelles reproductions de verres anciens ont été fabriquées par l’atelier du Verre mousseline. Elles ont été rajoutées aux collections présentées sur le site.

Pour rappel Comme indiqué sur les pages devis – Contact du site il existe 3 types de reproductions de verres anciens Mousseline.

  • Le vitrage Mousseline classique à motifs clair (le plus courant)
  • Le vitrage Mousseline à Motif Tulle (plus rare)
  • Le vitrage classique à motifs clair sur fond dépoli (fréquent)

 

Reproductions de verres anciens sur fond dépoli

Pour ces reproductions de verres anciens translucides, opaques aux regards mais laissant passez beaucoup de lumière, l’atelier utilise une base de vitrage déjà dépoli par acide, et applique ensuite le décor par sablage du verre. Cela peut se faire avec tous les motifs mousselines classiques voir ci-dessous :

 

reproductions de verres anciens dépoli

Reproductions de verres anciens dépoli

Vitre a decor porte ancienne

Nouveaux  motifs de verres mousselines.

Au cours du mois d’août 2016 deux nouveaux motifs ont été répertoriés et numérisés par l’atelier. L’un provient de la région d’Orléans et porte le N° 47.  Le second porte le N° 48 et provient de la région Val de Loire. C’est une variante modifiée du motif N°35. Il faut en effet savoir que l’atelier a jusqu’à présent sauvegardé 48 Motifs de vitres anciennes mousseline différents. Mais c’est sans compter les variantes qui sont au nombre d’une vingtaine et qui ne sont pas encore toutes éditées.

Motid de verre mousseline N-48

Vitre a motif Mousseline N°48

Motif vitre mousseline N-48

Motif mousseline N° 48

Verre a vitre mousseline N-47

Verre a vitre mousseline N-47

vitrage sable N-47

Motif Mousseline N° 47

  • Une variante est une version différente d’un même motif décoratif soit par une différence de tailles des dessins, soit par un rajout ou un retrait d’un élément répétitif du motif. Cela arrive souvent du fait que les reproductions de ces verres anciens étaient probablement plus ou moins bien recopiés d’une verrerie à l’autre. Il n’y a pour le moment aucunes traces écrites sur l’origine des modèles de dessins Mousselines. Il n’y a pas non plus de traces commerciales, d’un éventuel fabricant de pochoirs servant à l’impression de ce type de verre à vitre… Mais les recherches se poursuivent sur le sujet.

Nouvelles Acquisitions

Deux vitrages diamantés authentiques assez rares et en très bon états de conservations ont été acquis et répertoriés par l’atelier. Leurs origines exactes restent inconnues. Les deux vitrages viennent de la région sud est, ils sont en verres plaqués rouges sur clairs et ont été gravés par acide fluorhydrique comme on le faisait dans les grandes miroiteries de la fin du 19ème siècle. Le premier est décoré par le motif N° 3 Diamanté rouge assez surdimensionné… Le second est beaucoup plus complexe n’est pas répertorié et garde un part de mystère sur la nature du type de pochoir utilisé.

Gravure sur vitre rouge

Verre authentique gravé diamanté rouge Motif N° 03

Vitrage original gravé en rouge

Authentique verre gravé diamanté du 19ème siècle

Verres dépolis les procédés en 1877 Part-1

Analyse d’un Rapport de 1877 par la société d’encouragement des Arts Chimiques. Ils nous renseigne sur les débuts de l’industrialisation des Verres dépolis Mousselines. (Texte presque littéral librement adapté)

Les Procédés de fabrications des verres dépolis en 1877

Machine de fabrication de verres depolis mousseline

En 1877 un certain Mr Aubriot est un fabricant de verres dépolis “Mousselines. Il expose devant la commission d’encouragements des Arts Chimiques sa nouvelle invention. Un processus industriel pour la fabrication des verres dépolis Mousselines. Tout d’abord il commence son exposé par les différentes manières d’opacifier le verre à vitre à l’époque.

« On sait les usages nombreux des verres dépolis dans l’art de construire. A ce jour Plusieurs moyens ont été proposés pour enlever au verre à vitre sa transparence. Cette caractéristique est plus particulièrement nuisible dans un certain nombre de cas. Mais bien souvent cela n’a d’autres conséquences que de diminuer cette translucidité »

NDL : Au 19ème siècle, le besoin d’obtenir des vitrages laissant moins passer la vue, ouvre la voie aux différents moyens d’altérations décoratives du verre à vitre.

Peinture Opaque

« Tout d’abord on peut appliquer un corps gras insoluble au moyen d’un blaireau sur une des faces du verre. Il faut avoir au préalable incorporé dans ce dissolvant une quantité convenable d’un corps blanc ou coloré, plus ou moins opaque. Exemple: craie, albâtre, sulfate de Baryle, céruse etc… »

NDL : Ce procédé d’opacification provisoire du verre est bien connu des peintres en bâtiments. Il a été longtemps utilisé pour occulter temporairement les vitrines de magasins en cours de rénovations.

Verres dépolis par  Acides:

« Ensuite on peut aussi altérer par l’acide fluorhydrique, ou les fluorhydrates, la surface du verre pour la rendre mate.

NDL : Même si ce ces procédés de verres dépolis acides était connus depuis longtemps , Ils commencait tout juste à être au point à cette époque. En effet il ne fonctionnait pas encore totalement sur les surfaces irrégulières des verres à vitres  de l’époque.  Son Inventeur Mr Paul Bitterlin Maître peintre verrier Parisien résoudra ce problème et le cédera à la miroiterie Lefebvre après 1878. La gravure sur verre par acide se développera ensuite aux seins des grandes miroiteries du pays.

Peinture vitrifiable

«On peut en outre fixer sur la feuille de verre, une couche plus ou moins épaisse d’un corps vitrifiable, réduit en poudre, verre, émail, grisaille. Puis la soumettre à des températures très-basses capables de déterminer l’adhérence sans déformation du verre.

NDL : C’est le procédé de peinture sur verre classique utilisé dans les ateliers de fabrications de vitraux de l’époque. (émaillage a 600° tout de même)

Abrasion de surface

«Enfin on peut aussi user la surface du verre sur l’une des faces soit par frottement avec un corps dur. (Emeri). Il s’agit là des mêmes conditions que celles employées pour le dressage du verre à vitre, ou verre à glace, sans atteindre le poli des miroirs… »

NDL :  Dressage des verres à vitres signifie rectification de la surface vitrée à l’aide de frottements manuels ou mécaniques à l’aide d’abrasifs. Le but était d’obtenir des surfaces allant de verres dépolis unis à des vitrages totalement polis.

Jet de sable

«Pour finir soit ainsi qu’on l’a fait récemment, par projection de sable animés d’une très grande vitesse sur la surface à dépolir. »

NDL : Mr Aubriot nous parle la du premier procédé de sablage inventé à par un Certain Mr Tilghman aux Etats-Unis en 1871. Ce procédé de verres dépolis par projections d’abrasifs à l’aide de vapeur tout d’abord puis air comprimé par la suite, n’entrera dans les miroiteries que vers 1900. Le sablage du verre trouvera ensuite ses premières lettres de noblesses au cours de la période Art-Déco.

« Tels sont les moyens généralement usités jusqu’à ce jour (NDL : nous sommes en 1877…)  pour obtenir des verres dépolis dont l’usage est à peu près général dans un très grand nombre de circonstances. »

 

A Suivre…..

Source:  CNUM Conservatoire des Arts et Métiers.