. vitrail Archives – L'atelier du verre Mousseline

Laurent et Cie Paris 1843

Au départ c’est un rapport du Jury central de l’Industrie Française sur les Arts Chimiques de 1834 qui cite pour la première fois le mot “verre mousseline”. Il s’agissait d’un prix décerné au Maître de verrerie Georges Bontemps (1799 – 1884) alors directeur de la verrerie de Choisy le Roi. Un peu plus tard à Lyon en 1842, le peintre verrier Dumas et le chimiste Godard déposent un brevet sur la fabrication de verre à décor mousseline. En 1843 une des première collection de décors de verre à vitre Mousseline est éditée dans un catalogue de dessins de l’atelier Laurent et Cie à Paris.

ancien vitrage mousseline 1843

Verre mousseline Laurent et cie 1843

Laurent et Cie Peintre verrier

Fabrique de peinture sur verre

En fait il s’agit d’une reprise d’un atelier plus ancien qui appartenait à un certain Alexande Billard, chimiste et peintre verrier.

Le repreneur s’appelait Emile Laurent. Né vers 1802 au départ il est imprimeur à Bruxelles. Cet atelier sera renommé en 1843 “Laurent et Cie” 15 Rue Neuve-Ménilmontant à Paris. Emile Laurent à notamment travaillé avec l’architecte Debret de 1842 à 1847. Il réalisera des vitraux qui étaient destiné aux chapelles la Basilique St-Denis. En 1847 Gaspard Gsell dessinateur pour la Manufacture de Choisy le Roi de George Bontemps rejoint l’atelier d’Emile Laurent. Par la suite en 1860 cet atelier prendra le nom de « Laurent et Gsell » après le mariage de Gaspard Gsell avec la fille de son associé Emile Laurent.

1843 Un premier catalogue de modèle mousseline

Un Cahier de dessins divers

Ce document exceptionnel vient du musée Corning à New York. Celui ci à eu l’amabilité de nous accorder l’autorisation d’édition. Il s’agit du plus ancien catalogue de Verre Mousseline découvert à ce jour.

Ce catalogue est riche d’enseignements sur l’aspect des tout premiers vitrages mousselines. On y retrouve notamment des modèles courants comme le N° 1 , le N° 4  et N°16 ainsi que le N°47 qui ont traversés les époques et styles décoratifs jusqu’en 1900 et au delà…

peinture sur verre 1843

Tarif de la peinture sur verre

Tarifs des verres mousselines

Laurent et cie Vitrail

Premier catalogue de verre mousseline

verres mousselines 1843

verres mousselines anciens

vitre mousseline 1843

verres mousselines modeles 1843

motifs de vitrages mousselines

vitres mousselines 1843

Catalogue de modeles Laurent et cie 1843

Ancien dessin de verre mousseline

vieux verres mousselines

Laurent et Cie vitraux mousselines

Liens

Sources et Crédits

Document original: “Cahier de dessins divers” par Laurent et Cie 1843

Musée Corning New York.  Avec mes remerciements pour l’autorisation d’édition. C. Fournié.

Le procédé Gugnon.

Louis Napoléon GUGNON, peintre verrier né à Metz en 1808. En 1838, il ouvre un atelier de peinture sur verre avec son beau-frère Laurent-Charles-Maréchal à Metz. Tous deux seront à l’origine de ce que l’on a appelé l’école de Metz, renouvelant et perfectionnant l’art de la peinture sur verre.
Louis Napoléon Gugnon est également un des maîtres verriers à l’origine de procédés de gravure sur verre reproductible par acide fluorhydrique qu’il développa dans son propre atelier à Paris vers 1853 à partir d’un procédé anglais. Il s’agissait de pulvériser un asphalte réduit en poudre (Bitume de judée) à l’aide d’une sorte de cylindre à ventilateur manuel sur un pochoir de métal ou même de la tulle recouvrant la vitre à graver. Cet asphalte se collant au verre avec une préparation légèrement chauffé, déterminait ainsi un pochoir sur lequel pouvait être appliqué de l’acide fluorhydrique dilué pour réaliser la gravure d’un motif en série. Par la suite le même procédé fut utilisé pour la fabrication industrielle de verres mousseline, en pulvérisant de la même façon de l’émail directement sur le vitrage…

 

Sources: BNF / Gallica   http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5626207f/f142.image