.Verre diamanté par acide – L'atelier du verre Mousseline
Fabricant de vitrages anciens

Verre diamanté par acide

l’origine pour le verre diamanté par acide * est à rapprocher de Paul Bitterlin et Louis Napoléon Gugnon tous deux Maîtres peintres verriers à Paris vers 1870. Cette copie ci dessous de vieux vitrage aux motifs gravés sur fond clair translucide à été reproduit dans l’atelier à partir d’un catalogue du miroitier décorateur fabricant Gaston Codoni.

 

verre diamanté par acide

Verre gravé diamanté

 

verre-diamante

( Les termes “Double” et “Demi Double” correspondent aux épaisseurs soit environ 3  à 4 M/M pour l’un et 2 à 3 M/M pour l’autre)

 

Un décor gravé à froid

Contrairement au verre mousselines réalisé à chaud, le verre diamanté par acide * était réalisé à froid. Néanmoins le décor était fabriqué de la même façon toujours à partir d’un pochoir rigide (exemple: laiton). Celui ci était ajouré, mais au lieu d’enlever de la matière (émail), on en rapportait à l’aide de bitume de judée mélangé à de l’essence de térébenthine. En fait il s’agissait d’une sorte de goudron que l’on déposait par tamisage à travers les motifs découpés dans la tôle de laiton. Une fois séché et les bordures du verre protégées on exposait le tout à l’acide fluorhydrique*.

Différent effets décoratifs.

L’acide Fluorhydrique pouvait être pur, dilué ou même en vapeur !! suivant les effets désirés. Les parties laissées claires étaient alors rongées en creux. On obtenait ainsi un décor clair sur fond translucide ou plus ou moins dépoli. Le verre était ensuite nettoyé à l’acide Chlorhydrique pour enlever le bitume de judée.

A noter

* Le terme “Verre diamanté” à été ensuite utilisé pour désigner certain verre coulé imprimé par Saint-Gobain.

** L’utilisation d’acide Fluorhydrique étant particulièrement dangereuse, la reproduction visible ci-dessus n’a pas été réalisée de cette manière-là.

 

Plusieurs corps de métiers.

Plusieurs publications réalisées à partir des éléments tarifaires du catalogue G Codoni sont en ligne. Le document est daté de 1908 mais cette miroiterie a été fondée en 1832 par J-B Codoni.  Elle était située au 62 Avenue Parmentier à Paris dans le 11ème arrondissement.

 

Miroiterie-G-Codoni-installateurs

Comme visible sur l’illustration ci-dessus, était alors exécuté dans ses ateliers : la Menuiserie, l’ornementation, la dorure, la sculpture (bois), l’étamage (argenture), le biseautage. Mais aussi, la gravure à la roue, le verre diamanté par acide, les Verres Rideaux. Elle produisait des trumeaux, glaces argentées, psychés, paravents, et enseignes. Ainsi que des panneaux, lettrages émaillés et tout le nécessaire à l’installation de commerce de l’époque (1832 – +1913)… Elle fournissait tous les types de vitrages industriels de l’époque, et réalisait également des vitraux….

Sources: C. Fournié Archives physique.

Artisan Verrier

Christian Fournié est Maître artisan verrier en Métier d'Art installé depuis 1997 et spécialisé dans la reproduction de vitrages décoratifs anciens. Son atelier de gravure sur verre s'appelle "L'atelier du verre mousseline" et se trouve à Beaufort dans la région viticole du Minervois (Sud de la France).