.vitrages anciens Archives – L'atelier du verre Mousseline

Verres artistiques extra clair Art déco.

En 1933 Saint-Gobain proposait des verres artistiques extra clair imprimés parce qu’il fallait déjà à l’époque s’inspirer des tendances de styles plus moderne comme l’ Art déco.

 

Pour mémoire voici ce qu’en disait leur plaquette publicitaire de l’époque (Texte presque littéral, librement adapté au passé)

Les Verres artistiques

Tout d’abord les Verres artistiques avaient des dessins directement  inspirés par les tendances modernes du moment (L’art-déco). Ensuite Ils permettaient la réalisation de vitrages s’harmonisant particulièrement avec un ensemble décoratif de haute tenue pour l’époque.

 

Des Vitrages Art déco

Il y a lieu peut-être d’attirer spécialement l’attention sur les verres extra clair. Les modèles Art déco (Arts Décoratifs) et Rénovum étaient utilisés sous forme de bandeaux. Au besoin dans la décoration des devantures ils pouvaient même remplacer la glace gravée au jet de sable, parce que son prix dans certains cas, pouvait-être un obstacle à son application.

(NDL: Il faut savoir que c’est dans la période Art-déco que le décor du verre par sablage connu un âge d’or puisque beaucoup de miroiteries le proposait à des niveaux plus ou moins artistiques. On peut notamment citer l’atelier verrier Gerrer à Mulhouse)

En plus d’être dépolis au sable, certaines parties restaient Claires, ces verres pouvaient aussi être posés dans des feuillures légères, prévues derrière la ou les glaces de devanture : Ainsi, (semble t-il) l’effet obtenu était remarquable et convenait tout à fait dans les installations moyennes.

 

Des teintes extra clair et en couleur.

Pour Les modèles Rénovum et Art déco ils étaient uniquement coulés dans la teinte extra clair. Alors que les verres Grand Flamand, Brillant, Grand Brillant, étaient fournis en extra-clair ou dans les teintes suivantes : jaune, rose, bleue, verte et même rouge, feu et orange.

Ces vitres extra clairs de à 4 à 6 M/M d’épaisseur et de dimensions maxima de 3600 x 1050 M/M étaient fournis dans les types de dessins suivants:

 

LES MODÈLES Art déco

Verres artistiques ancien art déco

Modèle imprimé Art déco

verre imprime extra clair

Verre Grand Flamand

Verre art déco

Verre modèle Rénovum 1

Verre extra clair grand brillant

Imprimé Grand Brillant

Verre renovum art deco

Vitre imprimée Rénovum 2

Verre modele Brillant

Verre imprimé Brillant

Verre sable art deco

Vitrage imprimé N°101

Verre imprimé a facette

Vitrage imprimé Brillant

Verre opalescent ancien

Les Verres Opalescents

Les vitrages opalescents, étaient aussi assimilés aux verres artistiques, et étaient exécutés dans le dessin Grand Océanie. (Voir ci dessous). En plus d’un fond de teinte opale, tamisant la lumière, il présentaient même placés devant une source lumineuse assez vive, les reflets de nacre du plus heureux effet.

Ces verres de 4 à 5 M/M d’épaisseur et dont les dimensions maxima de fabrication sont 2010 x 1050 M/M se fabriquaient dans les teintes blanche, beige et bleutée.

Le poids moyen approximative de ces vitrages étaient de 11,5 Kg par mètres carrés.

 

 

En conclusion. Les modèles de verres artistiques extra-clair et de couleur, ainsi que les verres opalescents étaient fabriqués sur le site de la verrerie de “La Longueville” dans le nord de la France. Des verres opalescents semble être toujours fabriqués à l’étranger.

Par contre pour ce qui est du verre artistique imprimé extra clair Art déco, il semble avoir disparu… (NDL: Par conséquent en raison de sa rareté je serais très curieux d’en voir …)

Tout d’abord , mes remerciements aux Archives ST-Gobain à Blois ainsi qu’à Mr René DIVERCHY  Site web: la retro-d-aniche.com

Ensuite les autres sources : Album des verres coulés par le comptoir général de vente des manufactures de glaces Saint-Gobain.  – Chantereine – Cirey – Montluçon – Aniche. – Boussois – La Longueville – Chalon sur Saône.  15 Avril 1933

Et bien sur le site web officiel :  St-Gobain 350 ans

Vitraux en Verre-Soleil coloré

Vitraux et Verre-Soleil, une autre utilisation méconnue de ce verre prismatique produit vers 1912 et commercialisé par la société du Verre- Soleil*.

Retranscription d’une plaquette publicitaire de 1912.

 

vitrail et verre soleil

Vitraux et verres colorés prismatiques.

Le verre soleil* était le seul des verres prismatiques qui se fabriquait en plusieurs couleurs :

  • D’abord Améthyste
  • Ensuite, Saphir
  • Puis, Emeraude
  • Et pour finir Topaze

Ces verres, avaient disaient-ils,  l’exacte tonalité et tout l’éclat des pierres précieuses dont elles empruntaient le nom… En fait, Ils permettaient de donner plus de richesse en les employant comme bordures, cabochons, écoinçons ou autres motifs décoratifs.

 

Le Verre-Soleil* blanc et le Verre-soleil* coloré coupés montés en plomb et placés en dessins comme dans les vitraux d’art. Ils pouvaient ainsi former un ensemble très décoratifs en offrant sur les vitraux ordinaires l’avantage d’être très lumineux.

 

Dans cet ordre d’idées, la société du Verre-Soleil* envoyait sur demande tous projets de décoration avec devis.

 

Un “BLEU SPECTRAL”

En dehors même du domaine décoratif, l’emploi du verre prismatique couleur saphir (NDL: Bleu), se recommandait tout particulièrement pour les pays chauds. On savait, en effet que le bleu spectral interceptait les rayons caloriques, (NDL : Ancienne appellation du Rayonnement Infra-Rouge). C’est en s’appuyant sur ce principe qu’ils ont cherché, pendant quelques années, à se protéger de la chaleur à l’aide de peintures bleues dont on enduisait les vitrages et les toitures. Mais, tous ces divers systèmes, n’offraient que peu de résistance à la pluie et surtout aux orages. De plus on arrivait par ce procédé à n’atténuer la chaleur que dans des proportions à peu près nulles, au détriment absolu de la lumière. Celle ci ne passant que très difficilement au travers des couches opaques de peintures.

 

Avec le Verre-Soleil*, ce grave inconvénient disparaissait complètement. Aussi, on obtenait, un abaissement de température de 10 à 12 degrés au moins, tout en conservant une intensité de lumière très vive. Le tout agréablement atténuée d’une tonalité douce qui reposait la vue. Ce verre était particulièrement recommandé pour les lanterneaux d’usines (NDL : Fenêtres de toitures).

Vitraux et protection par du verre soleil

Vitraux doublés de Verre-Soleil

Au point de vue des vitraux d’art, l’emploi du Verre-Soleil* blanc se recommandait aussi comme une doublure des dits vitraux. En effet, si l’on placait le Verre-Soleil à l’extérieur des fenêtres garnies de vitraux, ces derniers se trouvaient immédiatement éclairés. Cela, même par un temps sombre, comme si le ciel était ensoleillé. De ce fait, le coloris prenait une intensité qui rendait l’effet décoratif du vitrail beaucoup plus joli et en augmentait grandement sa valeur.

 

De plus, cette doublure, tout en protégeant les vitraux contre la grêle, les pierres ou autres agents de destructions, offrait le très grand avantage d’éclairer complètement des locaux qui, précédemment, avec les vitraux simples, restaient toujours plongés dans une demi-obscurité.

 

Le Verre-Soleil*, enfin, supportait parfaitement la cuisson, et pouvait par conséquent recevoir en émaux toutes décorations, attributs etc… qu’on jugeait bon d’y appliquer.

* NDL : Le verre soleil est un verre prismatique reposant sur le principe de la loupe de Fresnel, dans le but d’augmenter l’intensité lumineuse naturelle.

 

Sources: Plaquette publicitaire de la Société Continentale de Verre-Soleil.  7 Rue Louis Le Grand PARIS. Imprimerie Gamichon, Bisschop & Maignan 1912.