.Vitraux en Verre-Soleil coloré – L'atelier du verre Mousseline
Fabricant de vitrages anciens

Vitraux en Verre-Soleil coloré

Vitraux et Verre-Soleil, une autre utilisation méconnue de ce verre prismatique produit vers 1912 et commercialisé par la société du Verre- Soleil*.

Retranscription d’une plaquette publicitaire de 1912.

 

vitrail et verre soleil

Vitraux et verres colorés prismatiques.

Le verre soleil* était le seul des verres prismatiques qui se fabriquait en plusieurs couleurs :

  • D’abord Améthyste
  • Ensuite, Saphir
  • Puis, Emeraude
  • Et pour finir Topaze

Ces verres, avaient disaient-ils,  l’exacte tonalité et tout l’éclat des pierres précieuses dont elles empruntaient le nom… En fait, Ils permettaient de donner plus de richesse en les employant comme bordures, cabochons, écoinçons ou autres motifs décoratifs.

 

Le Verre-Soleil* blanc et le Verre-soleil* coloré coupés montés en plomb et placés en dessins comme dans les vitraux d’art. Ils pouvaient ainsi former un ensemble très décoratifs en offrant sur les vitraux ordinaires l’avantage d’être très lumineux.

 

Dans cet ordre d’idées, la société du Verre-Soleil* envoyait sur demande tous projets de décoration avec devis.

 

Un “BLEU SPECTRAL”

En dehors même du domaine décoratif, l’emploi du verre prismatique couleur saphir (NDL: Bleu), se recommandait tout particulièrement pour les pays chauds. On savait, en effet que le bleu spectral interceptait les rayons caloriques, (NDL : Ancienne appellation du Rayonnement Infra-Rouge). C’est en s’appuyant sur ce principe qu’ils ont cherché, pendant quelques années, à se protéger de la chaleur à l’aide de peintures bleues dont on enduisait les vitrages et les toitures. Mais, tous ces divers systèmes, n’offraient que peu de résistance à la pluie et surtout aux orages. De plus on arrivait par ce procédé à n’atténuer la chaleur que dans des proportions à peu près nulles, au détriment absolu de la lumière. Celle ci ne passant que très difficilement au travers des couches opaques de peintures.

 

Avec le Verre-Soleil*, ce grave inconvénient disparaissait complètement. Aussi, on obtenait, un abaissement de température de 10 à 12 degrés au moins, tout en conservant une intensité de lumière très vive. Le tout agréablement atténuée d’une tonalité douce qui reposait la vue. Ce verre était particulièrement recommandé pour les lanterneaux d’usines (NDL : Fenêtres de toitures).

Vitraux et protection par du verre soleil

Vitraux doublés de Verre-Soleil

Au point de vue des vitraux d’art, l’emploi du Verre-Soleil* blanc se recommandait aussi comme une doublure des dits vitraux. En effet, si l’on placait le Verre-Soleil à l’extérieur des fenêtres garnies de vitraux, ces derniers se trouvaient immédiatement éclairés. Cela, même par un temps sombre, comme si le ciel était ensoleillé. De ce fait, le coloris prenait une intensité qui rendait l’effet décoratif du vitrail beaucoup plus joli et en augmentait grandement sa valeur.

 

De plus, cette doublure, tout en protégeant les vitraux contre la grêle, les pierres ou autres agents de destructions, offrait le très grand avantage d’éclairer complètement des locaux qui, précédemment, avec les vitraux simples, restaient toujours plongés dans une demi-obscurité.

 

Le Verre-Soleil*, enfin, supportait parfaitement la cuisson, et pouvait par conséquent recevoir en émaux toutes décorations, attributs etc… qu’on jugeait bon d’y appliquer.

* NDL : Le verre soleil est un verre prismatique reposant sur le principe de la loupe de Fresnel, dans le but d’augmenter l’intensité lumineuse naturelle.

 

Sources: Plaquette publicitaire de la Société Continentale de Verre-Soleil.  7 Rue Louis Le Grand PARIS. Imprimerie Gamichon, Bisschop & Maignan 1912.

Artisan Verrier

Christian Fournié est Maître artisan verrier en Métier d'Art installé depuis 1997 et spécialisé dans la reproduction de vitrages décoratifs anciens. Son atelier de gravure sur verre s'appelle "L'atelier du verre mousseline" et se trouve à Beaufort dans la région viticole du Minervois (Sud de la France).